Aller le contenu

Vouloir retrouver son âme d’enfant

Qui n’a jamais rêvé de retrouver un bout de son enfance ? Cette innocence que nous avions lorsque nous étions tout petit ? Nos yeux qui s’écarquillent le lendemain de Noël devant les cadeaux ? Notre cœur qui se gonfle parce que nos parents ont pensé à nous en revenant du travail en nous prenant quelque chose qu’on aime ? Le plaisir de jouer à chat avec nos copains d’école ? Faire d’une montagne une petite bosse ? Notre âme d’enfant donc, où est-elle partie ? Et si chaque jour nous voulions la retrouver ?

Depuis quelques semaines, avec l’homme nous jouons à PokemonGo (oooooh mooon dieu quelle horreur), comme certains pourraient nous le reprocher nous avons un travail tous les deux, des enfants plus ou moins bien éduqués (nous n’avons pas la prétention de dire qu’ils le sont bien mais Mini dit bonjour, au revoir, merci, pardon), et nous nous inquiétons pour l’avenir.

En fait, on est bien assez inquiet pour l’avenir, pour le notre, pour celui des filles, pour notre travail, pour notre quotidien que nous chérissons, pour nos parents, notre famille. Oui nous sommes inquiets, Oui nous voyons aussi la montée du terrorisme, Oui nous pleurons les morts, les attentats, Oui on a le cœur au fond de l’estomac lorsque nous voyons les infos, Oui ça craint car nous voyons la haine gagner. Oui se faire taxer par l’état on connait, Oui on a peur de perdre notre travail nous aussi. Oui tout ça on le sait, on nous le rabâche, on le vit au quotidien. Et Merci de nous rappeler chaque jour que la vie ça craint, merci vraiment, on oublie tellement vite.

Oui, il se passe des choses graves dehors, oui il serait temps de réagir, d’arrêter d’être devant nos écrans, bouger, crier, faire entendre nos choix, notre voix, Oui je comprend votre colère, votre énervement devant cette génération qui pour vous n’en a que faire des autres, qui pour vous ne pense qu’à eux, qui pour vous sont égoïstes (si vous pouviez apprendre à les connaître avant de les juger, ça vous aiderait à arrêter de dire des conneries).

Oui mais voilà l’espace d’un instant, 10/20 minutes, le temps que Mini aille s’éclater au parc, le temps que Fleur fasse un tour en poussette, nous on est là comme deux gamins à jouer aux Pokémons, à les chercher, à se défier, à savoir lequel en a le plus. Oui c’est Puéril, Oui ça ne sert à rien, Oui ça ne va pas nous sauver du Terrorisme, ni faire baisser le chômage. Oui, Nous sommes bien d’accord la dessus, mais sachez que l’espace d’un instant, l’espace d’une sortie, on oublie l’horreur, on oublie l’angoisse, on oublie ce qui ne va pas.

Un Jeu n’a jamais eu la prétention de faire des miracles.  Un jeu comme le nom l’indique est fait pour jouer, pour passer du bon temps, pour se distraire, pour arrêter de penser à ce putin de quotidien qui commence à faire chier (pardon pour ma vulgarité mais merde quand même).

Les jeux vidéos, nous sommes nés dedans avec l’homme, des consoles on en a vu passer dans nos mains, et pourtant nous ne sommes pas devenu totalement abrutis, nous n’avons (encore) tué personne(s), nous sommes (presque) des adultes responsables. Avec le temps, nous avons vu la haine monter contre ce phénomène qui est le gaming, à croire qu’il fallait trouver un fautif. On a bien trop souvent pointé les jeux vidéos car ce jeune homme était mal dans sa peau, qu’il ne sort plus; car le voisin a pris son fusil et est allé tuer une dizaine de personnes, car cette fille qui était si souriante avant c’est suicidée. Sachez que ce jeune homme qui se sent mal dans sa peau, c’est peut être lié au faite qu’on se raille de lui à l’école, que ses parents divorcent, qu’il n’a pas confiance en lui, que personne ne fait attention à lui. Sachez que peut être ce voisin si il est si mal c’est qu’il a perdu sa femme, ses enfants, qu’il n’en peut plus de la vie. Sachez que cette fille si elle s’est tuée, c’est peut être parce qu’elle s’est faite agresser. En fait, les gens n’ont pas attendu les jeux vidéos pour être mal, c’est juste un passe temps comme un autre (sacré révélation, hein ?). Si ils avaient tous joué au bilboquet, on l’aurait accusé d’être lié à tous ces malheurs ?

Et là, je vois encore que le jeu vidéo est un bouc émissaire, une fois de plus, on le pointe du doigt. Il faut bien accuser quelque chose, on s’ennuyait tellement entre deux attentats, entre deux morts. Je vais vous avouer quelque chose (oui encore j’avoue beaucoup de choses ce matin), les gens n’ont pas attendu les jeux vidéos pour être con, ils n’ont pas attendu de jouer à Pokémon pour se tuer en voiture, pour aller faire chier les voisins, pour ne pas faire attention à eux.

Alors si vous pouviez laisser notre madeleine tranquille, si vous pouviez arrêter de pointer du doigt ce léger besoin de décrocher de ces horreurs, ça nous soulagerait, légèrement.

Et vous savez quoi ? Tout ça, ça ne changera pas du jour au lendemain. Comme disait George : « quand on est con, on est con ».

wir.skyrock.netsource

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

  1. Catherine Cervoni Catherine Cervoni

    Beau coup de gueule 😉 et non je ne crois pas que les terroristes jouent aux jeux vidéo …

  2. C’est ridicule cette façon dont on s’acharne sur les jeux vidéos. On a tous besoin de changer d’air, de se changer les idées et encore plus avec ce qui se passe aujourd’hui et si c’est avec pokemon Go pourquoi pas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :