Aller le contenu

Catégorie : Ma vie de maman

Quizz des 4 ans

Je m’étais presque promis de ne pas écrire sur le sujet mais rien n’y fait c’est 1 an de plus que tu as aujourd’hui et ça je crois que je ne m’y ferai jamais.

Est ce qu’un jour un parent se fait à l’idée que son enfant grandisse ?

Je pourrai revenir sur ces 4 années passées ensemble mais bizarrement j’ai du mal à me replonger dedans, plus j’y pense, plus je ne vois que toi, et non l’année qui vient de s’écouler alors j’ai eu envie pour cette 4ème année de noter toutes ces choses qui font qui tu es, ce que tu aimes, ce que tu détestes, ce que tu préfères, ce que tu veux, ce que tu aimerais faire :

Ta couleur préférée :
Tu n’as aucune préférence, tu les aimes toutes, même le noir comme tu dis.

Le métier que tu souhaiterais faire quand « tu seras grande comme moi » :
Depuis plus d’un an maintenant tu souhaites devenir pompier

L’expression que tu dis le plus :
« Bien sur »

L’expression que je préfère :
« si tu veux »

L’expression que ton père préfère :
« Mais si tu sais »

Ta dernière expression « rigolote » :
« Pendant que tu es debout » que tu m’as sorti ce matin pendant ton petit déjeuner

Ta dernière bêtise :
Le verre Simpsons que tu as cassé ce week-end.

Ta dernière négociation :
Ce matin avant d’aller à l’école, tu souhaitais avoir des gâteaux au chocolat alors qu’on allait partir, « tu avais très faim et sans tu n’arriverais pas à marcher jusqu’à l’école »
(Non elle n’a pas eu ses gâteaux, Oui elle a marché jusqu’à l’école sans soucis)

La qualité que je préfère :
Ta tendresse, surtout quand tu fais des câlins à ta sœur

La qualité que ton père préfère :
Ta répartie qui nous fait beaucoup rire on doit bien l’avouer.

Le défaut que je déteste le plus :
Ton entêtement, je ne supporte pas quand tu nous soutiens de quelque chose alors que tu sais pertinemment que ce n’est pas vrai.

Le défaut que ton père déteste le plus :
Exactement le même que le mien, ce qui est plutôt comique quand on sait que je lui ai posé la question bien après avoir écris ma réponse.

Ce que tu détestes le plus :
Le bruit, dès que c’est au dessus de ce que tu supportes tu t’enfermes ou tu demandes de baisser le son quand c’est possible.

L’aliment que tu préfères :
Les épinards de Nounou, Les brocolis de Maman et les Frites de Papa

L’aliment que tu détestes :
Le chorizo ou les olives

Ton caprice du moment :
Le carré de chocolat avant de te coucher

Ta lubie du moment :
Voir les étoiles

L’activité que tu préfères :
Faire de La peinture pour dessiner du gribouillage

Ton jeu de société préféré :
J’hésite entre créer des mots avec les cartons ou le jeu 3 p’tits cochons que tu réclames souvent

Ton dessert préféré :
Les petits Louis

Le mot qui me fait fondre lorsque tu le prononces :
« Raroute »

Le mot qui fait fondre ton père lorsque tu le prononces :
« Okayou »

Ta boisson préférée :
L’eau et ça, ça n’a pas changé depuis que tu sais parler

Ce qui t’agace le plus :
Quand tu veux nous demander quelque chose et qu’on ne t’écoute pas ou qu’on fait les idiots

Ton sport préféré :
L’escalade, la vraie révélation de cette 4ème année, même si tu aimes aussi faire du foot avec nous, du patin à roulettes le week-end ou nager quand on va à la piscine.

Ton vêtement préféré :
Les robes, mais tu as horreur de porter des collants avec

Ta peluche préférée :
Celle qui ne te quitte jamais depuis tes 3 mois, Doudou

Ton livre préféré :
Le kididoc des pourquoi et Devine combien je t’aime

Ton dessin animé préféré :
Tom et Jerry

Me souvenir de toutes ces choses qui font de toi une petite fille qui ne cesse de nous étonner, ma grande qui restera éternellement mon bébé, aujourd’hui, tu as 4 ans, 4 années de toi, 4 années de souvenirs déjà passés, 4 années à te découvrir, à te regarder vivre, à te voir sourire, à t’aimer.

4 ans et beaucoup plus encore

picmonkey-collage

Rendez-vous sur Hellocoton ! 2 commentaires

Je ne vous parlerai pas

En ce moment comme vous avez pu le remarquer on parle beaucoup course, sport, bien-être alors qu’à son départ ce blog parlait beaucoup plus de maternité, il a pris un virage différent (Merci le nom pris à la base qui ne fait pas consonance blog maman) que j’apprécie de plus en plus, j’ai l’impression de me retrouver.

Il y a des sujets que je n’arrive pas à aborder sur le blog, comme une impression de ne pas être légitime pour en parler, comme si ce n’était pas moi. Alors Non, je ne vous parlerai pas de comment on réussit à faire dormir un bébé, Non je ne vous donnerai pas d’astuces sur notre quotidien, Non je ne vous dirai pas comment j’arrive à jongler entre ma vie de femme active, de sportive et de maman, Non je ne vous vanterai pas ma méthode pour arriver à faire pipi toute seule, pas que je ne souhaite aborder les sujets car si on me demande je répondrais avec plaisir mais je ne suis pas tellement à l’aise, on va dire que ce ne sont pas mes sujets favoris et que niveau conseils je ne suis pas très douée.

Je pense qu’on a chacun ses méthodes et que certaines astuces ne fonctionnent pas forcément avec les autres.

Alors Oui en effet, Mini ne fait pas de crise de colère mais elle négocie TOUT, tout le temps et c’est usant.

Oui les filles dorment depuis leur premier mois mais on n’échappe pas à certains levés à 6H30.

Oui les filles s’entendent relativement bien, même si parfois Mini ne comprend pas bien le mot partage.

Oui elles n’ont pas fais toutes les 2 leur crise de la séparation, et pourtant les deux sont des glus lorsqu’on est dans les parages.

Oui elles sont jalouses l’une de l’autre surtout quand on en a une plus souvent que l’autre dans les bras, et Fleur tellement plus que Mini alors qu’on nous avait dit que ça serait l’inverse à la naissance de la petite.

Oui les couchés se font dans le calme avec un instant lecture et un câlin chacune mais il arrive parfois qu’il y ait un loupé car on a oublié de donner de l’eau à Mini.

Oui il nous est arrivé de punir Mini mais ça ne lui faisait rien du tout et elle passait son temps à nous demander quand est ce que c’était fini alors on a arrêté.

Oui j’ai déjà pleuré lorsque Mini était bébé car je trouvais ça dur, mais pas une seule fois je n’ai craqué depuis l’arrivée de Fleur et je ne sais pas pourquoi ni comment c’est possible.

Oui j’aime mes filles à égalité et pourtant ça n’a pas été facile d’y croire quand j’étais enceinte.

Oui j’ai détesté la période bébé pour les deux mais je le vis bien et je suis tellement contente que Fleur devienne de plus en plus autonome.

Oui je me suis sentie déprimé à la maternité pour Mini où j’ai haïs l’homme de m’avoir laissé seule (et parfois je lui en veux encore). Et Non ça n’a pas été du tout pareil avec Fleur, je n’ai pas versé une larme avec elle et j’ai même savouré chaque nuit alors qu’elle était avec sa nounou (qui est aide puéricultrice à la clinique où j’ai accouché) alors que Mini n’a jamais quitté la chambre malgré les douleurs de la césarienne et Oui je le vis toujours bien.

Oui j’ai eu un accouchement en voie basse après une césarienne, Oui j’ai même subis une amniocentèse pour Mini, Et Non, je n’ai pas d’histoire là dessus à part que tout c’est bien passé, que ça a été bien sur des épreuves mais rien d’insurmontable.

Oui, j’ai allaité les 2, 1 mois pour Mini, 3 semaines pour Fleur et en mixte, Non je ne regrette pas de leur avoir donné des biberons aussi, Non je ne m’en veux pas du tout d’avoir arrêté si tôt. Non je n’ai pas fais ça pour montrer quoi que ce soit, Oui je l’ai fais car je m’en sentais capable, et Oui chacun fait comme il peut/veut, et Non je n’ai aucun conseil à donner là dessus j’en ai reçu tellement de différents que j’ai fais comme MOI je le sentais avec MES bébés.

Oui, je suis aussi une maman poule, cool, relou, avec ses manies, Oui je suis une Maman, même si j’ai encore du mal avec ce mot qui ne me définit pas (complètement) mais je me soigne.

Oui il m’arrive d’en avoir plein le cul (oups pardon) car je suis fatiguée par la journée au travail et que depuis 8H20 je croise des incompétents en pagaille que ça soit sur la route ou à mon travail, que ça m’agace qu’aucune solution ne soit trouvé, et que Oui moi aussi, j’ai envie de rentrer dans le calme alors que je sais pertinemment que ce n’est pas possible avec deux enfants en bas âge.

Oui nos matins sont un marathon mais que voulez vous j’adore sortir les affaires de Mini, lui demander de s’habiller, négocier la robe et les collants alors que c’est préférable de mettre un pantalon, habiller Fleur alors qu’elle déteste être allongé, ranger les pyjamas, jeter la couche, demander à Mini de mettre ses chaussures, Négocier pour les bottines violettes au lieu des baskets roses, mettre celles de Fleur, partir avec la poussette, revenir sur nos pas car on a oublié le sac de Mini, Chercher doudou, emmener Mini à l’école, déposer Fleur chez la nounou et repartir pour le travail. TOUT ça, l’ensemble, le package et pas un truc de moins, je prend chaque minute avec le sourire et je ne m’en lasse pas (Non je ne suis pas maso). Et Oui lorsque mon cul est enfin posé dans la voiture je suis déjà fatiguée par la journée alors qu’elle n’a pas encore commencé. Et Oui, comme chaque matin, je serais soit en retard soit à l’heure de justesse au travail.

Oui, j’en peux plus d’aller au parc (même si il s’agit du parc de la tête d’or et qu’il est très beau) car ça fait 15 815 fois qu’on y va depuis la naissance de Mini. Non je n’aime pas les aires de jeux pour enfants, Oui je suis une maman qui reste assise sur le banc car j’estime que Mini est en âge de se débrouiller seule et qu’elle se fait ses histoires à elle, Oui il m’arrive de regarder mon téléphone, Oui je la surveille aussi, Oui je suis la maman qui pense à la pom pote pour le goûter mais je suis aussi celle qui l’oublie. Oui je suis aussi la maman qui doit gérer la petite, Oui je la laisse se salir dans le sable, la boue, les feuilles. Oui, j’ai oublié les mouchoirs, Oui elle a le nez qui coule et Oui j’utilise sa manche pour la nettoyer. Oui c’est sale.

Ne jamais oublié que RIEN n’est grave et que TOUT est possible.

Alors Oui je suis devenue experte dans l’art de négocier, de prendre sur moi alors que vraiment non pour la douzième fois ce n’est pas le moment de manger des gâteaux au chocolat même si il n’est que 17H30 et que le repas est loin, de sourire alors que je suis épuisée, de jouer à Tomate-Ketchup alors que je veux m’affaler dans le canapé et savourer, de faire Moustache à Mini alors qu’elle boude et que je la laisserais bien bouder pour être tranquille, d’être une maman en carton, pas parfaite, pas géniale, pas super et qui gère comme elle peut.

Oui j’ai appris à aimer chacun de leurs défauts, de leurs pleurs, de leurs crises, de leurs soupirs, de leurs ras le bol. Oui j’ai découvert que gérer des petits êtres humains c’était très dur, Oui on passe par beaucoup d’épreuves avec eux. Oui il m’est arrivé d’aller me coucher sans manger tellement elles m’avaient poussé à bout. Oui, j’en ai eu marre.

Oui sans elles, ce n’est plus vraiment pareil. Oui sans elles, ce n’est plus nous. Oui sans elles, ça ne vaut pas le coup.

Oui avec elles, c’est tellement le bordel. Oui avec elles c’est beaucoup de cris, de soufflements, de sourires, de rires, de souvenirs. Oui avec elles, c’est de l’amour en barre de 10 chaque jour. Oui avec elles, c’est apprendre à relativiser, sur elles, sur eux, sur nous, sur le plaisir, sur le bonheur, sur la vie.

Oui être parent, c’est dur mais en même temps, personne n’a dit que ça serait facile.

joj

Rendez-vous sur Hellocoton ! Écrire un commentaire

Les 5 bonnes raisons d’avoir un lit « Montessori »

Les filles dorment dans la même chambre depuis que Fleur a 1 mois (cf l’allaitement + cododo sur le canapé dans le salon), au tout début nous l’avions mise dans son lit bébé à côté du lit de Mini qu’on avait acheté à ses 2 ans et demi en prévision de l’arrivée de sa sœur. Avant de le choisir, on avait bien réfléchi à ce qu’on souhaitait : Un lit qui ne prend pas trop de place et dans lequel on pouvait caler les 2 : On a donc pris le Kura de chez Ikea.

kura-lit-reversible-blanc__0179751_pe331953_s4

C’est celui là (non je ne fais pas de la pub pour Ikea c’est juste pour vous montrer)

Depuis que Fleur a 4/5 mois, on a rangé le lit bébé à la cave (celui que Mini a eu jusqu’à ses 2 ans et demi et avec lequel on a eu le droit au passage enlèvement des barreaux et tout ce qui s’en suit (coucou les gamelles dans la nuit)), et elle dort donc dans un lit dit « Montessori » ‘(oui oui tout ça pour en arriver là).  Fleur dort en bas sur un matelas de taille normal entouré d’un traversin et du coussin d’allaitement qui sont calés sous un drap.

20160923_0926581

Sa veilleuse et son doudou en guest ainsi que le téléphone Fisher Price qu’elle a du ramener pendant la sieste

Non promis ce n’est pas très compliqué à faire, et je pense que ça doit coûter largement moins chère qu’un lit bébé (coucou le marketing de la puériculture). Fleur a maintenant dépassé les 1 an et on est content qu’elle se soit habitué à ce lit car nous mêmes on y trouve des avantages (et pas qu’un peu).

Déjà, (bon je vais me répéter mais vous n’avez rien vu) le gain de place !

Un lit pour 2 enfants lorsqu’on a qu’une seule chambre, c’est quand même le top. En plus, elle est relativement petite et nous voulions un coin lit, un coin lecture, et un coin jeu (coucou le casse tête), nous y sommes plus ou moins arrivé (bon sauf que parfois le coin jeu empiète toute la chambre) avec quelques astuces. Et puis les filles sont relativement contentes (bon surtout Mini) de dormir l’une au dessus de l’autre (j’envie tellement la période de la pré-adolescence vous ne pouvez pas savoir à quel point avec ce lit).

En tant que Parents, tu peux t’allonger dedans

Lorsque c’est la fin de journée et que tu es fatigué, tu n’as envie que d’une seule chose : t’allonger. C’est sans compter sur ton enfant qui n’a lui qu’une envie : de te retrouver pour jouer ensemble. Avec ce lit, tu peux faire les deux, jouer avec lui (ou faire vachement bien semblant) et te reposer confortablement.
Le bonus non négligeable dans cette histoire c’est que tu n’es pas obligé de te plier dans tous les sens pour te coucher dedans, tu peux déplier les jambes et te détendre (et piquer une sieste avant le repas sans te faire griller !).

L’autonomie mon gars !

Adieu, les « Mamaaaaaaaaaaaaaaan, papaaaaaaaaaa je suis réveilléééééééééé » à 6H du matin pour sortir l’enfant du lit (on compatit Mini le faisait lorsqu’elle était petite). Là, Fleur sort de son lit quand elle a envie, du coup la plupart du temps, elle joue dans sa chambre en attendant qu’on vienne la chercher ou que sa sœur se réveille pour lui ouvrir la porte (oui on fera moins les malins quand Fleur pourra le faire elle même). C’est même arrivé quelques fois de retrouver les 2 en train de jouer tranquillement en attendant qu’on se lève (le retour des dimanches sous la couette (ou presque)).

L’autonomie bis mon gars ! (la suite)

Lorsqu’elle est fatiguée elle va dans son lit toute seule (ouai ça j’avoue c’est plutôt cool). Elle se cale le doudou dans la bouche, et hop elle file dans son lit en mode « je suis trop chou je vais me coucher toute seule » (yeux qui pétillent et oooooh avec la tête sur le côté) (oui cette enfant a un level de choupitude plutôt élevé).

Tu peux dormir avec ton enfant (oui ça fait redondant mais c’est pas grave, ça passe !)

Parfois il y a certains couchés qui sont plus durs que d’autres que ça soit pour l’enfant ou pour toi (l’un est souvent lié avec l’autre). Du coup, pour se rassurer à deux tu peux te caler à côté de lui en mode papouilles, câlins, et ronronrons (Oui je sors de ma semaine de vacance avec Fleur j’ai donc le cerveau un poil déconnecté). Bon et c’est quand même le must de pouvoir lire l’histoire du soir en étant allongée comme une grosse loque dans le lit de Fleur.

Et hop un p’tit câlin en mode instant chou !

Non, je ne citerai pas les inconvénients vu qu’il y en a pas (Ou presque !).

Rendez-vous sur Hellocoton ! 8 commentaires

La maison du bonheur

Ce week-end, je les ai regardé jouer ensemble, j’ai pris le temps de me poser 5 minutes, et je les ai observés. Longuement pour une fois, pour de vrai, je les ai vu, là en plein milieu du salon, entre la chaise et la table basse, l’une instable, debout, mettant en suspense sa future gamelle, l’autre assise, en tailleur, le regard ailleurs.  Les deux, les filles, ensemble comme une évidence, en train de jouer, en train de se chercher, en train d’être eux, comme un tout.

Ce Week-end, Ça rigolait sec, la grande forcée, un peu, la petite naturelle, pour l’instant, et puis les deux ensemble. Ça rigole souvent, ça se marre même plutôt bien. Surtout pour faire des bêtises, celles qui font sourire, celles qui font dire que ce n’est pas grave, celles qu’on apprécierait presque. Ça arrache le papier peint, la petite mais la grande aussi, ça saute dans le lit, la grande surtout, ça essaye de grimper dedans, la petite en majorité. Ça joue dans les DVD, ça les sort, puis les remets, les balance, les machouilles. Ça mange les croquettes du chat, la petite seulement. Ça écrit sur les murs avec de la craie, la grande pour une fois. Ça joue dans le bol du chat, la petite, again, ça se mouille, ça se lave, ça glisse dedans, ça s’amuse et ça tombe.

La grande et la petite, ça sonne un peu comme Laurel et Hardy, ensemble, deux êtres si différents, et qui pourtant rigolent à l’unisson. Ce double rire, ce « HEY » qui sonne comme un « attends moi, j’arrive », ces jambes qui galopent les unes derrière les autres, ce duo qui va nous en faire baver. Ce 4 pattes qui va presque aussi vite que les 2 de devant.

Avec elles, la maison n’est jamais parfaitement rangée, beaucoup de choses trainent, les jouets, les papiers à ranger, les papiers passés du stade à ranger à presque mis dans les pochettes, les dessins de l’école, ceux de chez la nounou, ceux fait à la maison. Les dessins, les peintures, les montages de bric et de broc, le bazar, leur bordel.

Leur bordel qui fait sourire comme leurs cris qui font râler, leurs larmes, leurs bleus, le ras le bol, les raaaaaaaaaaah, les lâches ta sœur, les ‘yen a marre », les remises en question, les saturations, les dodos tristes et les complications. Le stress de ne pas arriver à les comprendre, de trop en vouloir, les analyses constantes, les angoisses de ne pas bien faire, de vouloir trop en faire. Ce bric et broc d’émotions. Cette instabilité qui fait de nous des experts du chat perché.

Ce chat qui au milieu des 2 se cache, se méfie, file entre les jambes et vit à l’heure des 2.

Dans cette maison qui n’en n’est pas totalement une, on sourit, on rit, on pleure, on s’interroge, on se questionne, on se câline, mais surtout on s’aime.

img_20160908_104004

Rendez-vous sur Hellocoton ! 2 commentaires

Et déjà 1 an de toi

Si on m’avait dit il y a 1 an que j’aimerai un deuxième enfant, je ne l’aurai pas cru. Si on m’avait dit que tu prendrais au temps de place dans mon cœur que ta sœur, je l’aurai nié. Si on m’avait dit, il y a des années qu’aimer ses enfants était comme des tremblements de terre, j’aurai rigolé.

Aimer ses enfants, quelle idée !

Fleur, la deuxième, la petite, celle qui est censé être cachée dans l’ombre de sa sœur, la bonne blague. Tu es rentré dans nos vies, il y a maintenant 1 an, l’année la plus importante, l’année où tu apprends pleins de choses. Cette année aura vu passer ton premier sourire, ton premier rire, ta première dent, tes premiers bravo, tes premiers Maman, papa, tellement de premier qu’on redécouvre avec toi, si différents de ceux de ta sœur.

Et maintenant cette année aura vu ta première bougie, ton premier gâteau.

1 an, ma Fleur, j’ai envie de dire Déjà, car au fond c’est vrai que cette première année avec toi est passée à une vitesse de fou. Bien plus qu’avec ta sœur. Tu es là, et j’ai l’impression que tu l’as toujours été. Cette place de deuxième tu la tiens à la perfection.

Souriante avec tes 5 dents, tu sais y faire, mener le monde à la baguette, amadouer les gens avec tes yeux bleus. Clown de première, tu te marres pour un rien, un papier sur une table te fait rire pendant bien 5 minutes. Fripouille, tu n’es surtout pas la dernière à faire des bêtises et pas loin d’être la première.

Ma peureuse de l’extrême qui passe ta vie debout mais jamais trop loin d’une chaise ou d’un mur. Mon Taz qui nous fait l’immense honneur de parfois lâcher ses « deubeubeu » pour prononcer un « maman » voir un « nanenane » pour appeler ta sœur.

Ma crevette, tu es gourmande un jour et puis le lendemain tu boudes tout tes repas.  Mon bébé sourire, toi qui a appris si vite que tu n’aurais pas le droit qu’à ta maman pour toi toute seule. Petite fille déjà au grand cœur avec tes câlins en mode catch, et tes bisous-nez.

Tu es si différente de ta sœur, et pourtant comme deux gouttes, tu lui ressembles.

Ma Fleur, si unique et tellement Toi.

fleurter

Rendez-vous sur Hellocoton ! 4 commentaires

Le mythe des Martine

-« Dis maman pourquoi ma maitresse elle ne s’appelle pas Martine ?
-« Bah parce que c’est une autre Maitresse »
-« Ouai mais je ne la connais pas moi, alors je vais l’appeler Martine, comme Martine, ça sera mieux »

Après une rentrée catastrophique : Grosse crise de larmes, angoisses et tout le tintouin. Ce matin, Mini était plutôt contente de retourner à l’école, comme une nouvelle rentrée, elle a retrouvé ses copains/copines, sa nouvelle atsem, sa nouvelle classe et sa nouvelle Maitresse qui a récupéré le doux nom de celle de l’année dernière : Martine. Ce qui pourrait être drôle dans cette histoire c’est qu’elle s’est bien faite à sa nouvelle atsem qui l’a consolée hier et n’a pas cherché à l’appeler Marie-Hélène (nom de celle de l’année dernière).

Mini n’a jamais fais de crises pour aller à l’école, ça a toujours été un bisous, un Check et hop on y va. Toujours contente d’apprendre et de voir de nouvelles choses. Pourtant cette année, ça a été catastrophique, une rentrée horrible, j’ai du laisser une Mini en larmes, accrochée à la porte. On lui avait pourtant bien expliquer qu’elle allait changer de Maitresse, de classe, et de copains/copines, tout ça elle l’avait bien saisi, elle était rempli de questions sur le chemin, tout sourire, elle n’avait qu’une envie c’était de rentrer. Le drame a été en arrivant comme un tilt dans sa tête, ce n’était pas Martine qui était devant sa classe. Elle voulait voir « sa maitresse préférée », et cette fois-ci ça a été un tilt pour moi, on ne l’avait pas vu venir mais au final Mini s’est prise d’affection pour son ancienne maitresse. Elle avait su la comprendre, lui faire aimer pleins de nouvelles choses, elle avait été là pour elle pendant 1 an, et elle s’est accroché à sa maitresse comme avec sa nounou. Mini, accro aux personnes qu’elle apprécie.

Mini, les sentiments en vrac a vécu son premier vrai chagrin et a découvert à son plus grand désarroi que toutes les maitresses ne s’appellaient pas Martine.

MINOLTA DIGITAL CAMERA
source

 

Rendez-vous sur Hellocoton ! Écrire un commentaire

Sa particularité

On sait qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez Mini, on sait qu’elle est différente. Pas la différence prétentieuse que pourrait croire certaines personnes, on sait juste qu’elle n’est pas comme les autres. Elle a ce petit truc en plus qui fait tilt au quotidien, ce comportement déstabilisant, cette façon d’être qui dérange. Vous allez me dire qu’on ne peut être sur de rien tant qu’elle n’aura pas été évalué par un spécialiste, et vous auriez tellement raison, pourtant on ne peut m’enlever cette idée.

Le soucis c’est qu’on ne sait juste pas quoi.

Lorsque j’étais petite, il y avait aussi quelque chose qui n’allait pas chez moi, certaines personnes en ont parlé à mes parents, des maitresses plus particulièrement, ils ont écouté, ils ont acquiescé mais ils ont toujours refusé de faire quoi que ce soit.

Je n’avais que la différence d’être chiante.

Ils ont préféré couper court en me mettant la belle étiquette d’hyperactive et n’ont jamais cherché plus loin. Les choses ont été que rien ne s’est arrangé, qu’on ne me passait rien et que de toute façon je n’étais qu’une hyperactive, capricieuse et gamine trop chiante pour être supportable.

Maintenant je suis adulte (du moins je crois) et j’en suis aujourd’hui à me demander ce qui cloche avec moi, c’est hyper joyeux je vous le conseille (et pas du tout nombriliste en plus). Ne pas savoir quel pète j’ai aux casques, c’est déstabilisant, désagréable, et très compliqué. Surtout dans mon travail, surtout dans ma vie de famille, surtout dans ma vie tout court.

Je ne ferai pas la même erreur.

J’ai fais le choix de ne pas laisser Mini comme ça, je veux qu’elle sache, je veux la comprendre. J’aimerai qu’on nous donne des informations sur comment apprivoiser sa particularité, avoir des billes de notre côté pour la soulager, et pour l’aider à se sentir bien.

Sa particularité qui sonne comme la mienne.

A vivre au quotidien, c’est assez dur à gérer, j’essaye de ne pas me projeter et je tente de faire ma route à côté d’elle, main dans la main, sans mélanger mon soucis d’adulte à ses complications d’enfants. J’essaye de la gérer, de me gérer, à l’unisson, on est en désaccord. Je tente de ne pas me voir en elle, et de simplement la comprendre avec mon expérience personnelle, la faire grandir comme il se doit, et qu’elle soit elle même.

Apprivoiser sa façon de penser.

Pour l’instant le pire étant de ne pas savoir, on ne peut qu’imaginer ce qui ne va pas, et tant qu’on n’aura pas mis de mots sur ce que nous avons, elle et moi, nous ne pourrons jouer qu’avec des peut être. Il parait que le temps aidera, alors laissons faire le temps pour trouver des réponses à nos questions.

Savoir, comprendre, avancer, et la faire devenir un enfant et une adulte épanouie.

lkk

Rendez-vous sur Hellocoton ! 10 commentaires

Quelques infos sur les p’tits pots

Fleur a maintenant 10 mois, avec la diversification qui a commencé à 5 mois, on découvre petit par petit ses goûts et ses envies, et au temps dire que c’est plus compliqué qu’avec Mini. Du coup, à la maison c’est couci couça, un coup du fait maison, un coup des p’tits pots, même si au début je n’étais pas trop pour mais que voulez vous, j’ai appris à les apprivoiser.

J’ai profité de faire partie de la Team Bledifamily pour me renseigner (en retirant tout mes aprioris (si si on en a tous plus ou moins selon le sujet)) et en savoir plus sur Blédina (je vous vois venir en lisant la marque en mode oooooh naaaaan pas eux) (mais je comprend car moi aussi j’étais comme vous, blindée d’aprioris).

J’ai participé à plusieurs tables rondes, à la visite de l’entreprise à côté de Lyon, et même récemment d’un verger, j’ai écouté, j’ai posé des questions (même celles qui fâchent), et j’ai regardé d’un œil différent le sujet des petits pots.

Grâce à ce projet j’ai pu apprendre pleins de chose sur Blédina (aaaaaaah Oooh aaaah)(chut) et leurs façons de faire les produits et surtout sur la réglementation mise en place et leurs envies de faire toujours au plus proche de l’agriculture locale (pour info: 95% des matières premières utilisées par Blédina proviennent d’Europe). Ce sujet me touche particulièrement, c’est pour cela qu’en Juin, j’ai accepté d’aller visiter un verger à côté de Lyon avec d’autres blogueuses mais aussi avec des lectrices et mamans.

Sans titre

A Lyon, la personne que nous avons rencontré nous a parlé de son exploitation et de son envie de produire en agriculture raisonnée c’est à dire qu’il prend en compte la nature et ses besoins : moins de pesticides, plus de solutions adaptés à la nature…

Nous avons découvert que le contrat entre les agriculteurs et Blédina était très exigeants, ainsi les agriculteurs doivent tenir un cahier des charges assez costaud afin que les produits soient au top niveau qualité pour les futurs petits pots de nos loulous.

Et si les légumes qu’on utilise pour faire du fait maison possédaient plus de pesticide que les petits pots ? En effet, la norme européenne exige que le petit pot bébé contienne moins de 0.01 mg de pesticide par kilo (c’est peu, hein ?). Les contrôles sont très strictes côté alimentation infantile ainsi une matière première se verra contrôlé après la récolte.

Blédina à l’écoute des consommateurs propose des produits originaux et qu’on ne voit pas partout. Ils font attention à vos remarques afin de proposer des produits qui conviennent à tous ainsi ils ont préféré sortir une gamme où il y a très peu de mélange afin que ça soit meilleur, vous pouvez donc retrouver du purée Artichauts cabillaud ou même purée panais dinde.

13092038_506826316183168_4560968197410936693_n

Les petits pots c’est toujours pas glop pour vous ?

Pas de soucis, si vous êtes disponible le 27 et 28 septembre et que vous souhaitez participer au programme  « Parents Témoins » de Blédina, il suffit de vous inscrire à cette adresse  : http://goo.gl/forms/6m3NU1GC0vM4YMun2. Vous serez contactés dès que la liste des participants sera bouclée.

Rendez-vous sur Hellocoton ! Écrire un commentaire

Son caractère, mes inquiétudes

Cette rentrée scolaire aura été un choc pour toi comme pour moi, j’ai l’impression que tu as grandis d’un seul coup.  Tu es passé du stade bébé au stade grande fille sans passer par la case petite fille ou c’est peut être le bébé que tu as passé trop vite. Je regarde les vidéos de toi qui fais le guignol en vacance avec Nostalgie, nos premières vacances ensemble, à 3.

J’ai l’impression que cette année aura été un grand chamboulement pour nous deux, entre l’école et l’arrivée de ta sœur. Je ne t’ai pas vu grandir, je ne t’ai pas vu évoluer, et d’un coup je tombe de haut car je te redécouvre. J’ai l’impression parfois de ne pas te connaitre, te reconnaître. Tu réagis d’une façon, puis d’une autre, tu te modules comme de la pâte à modeler. Tu sais comment faire et quoi dire quand il faut et où il faut. Ton adaptation en est carrément flippante.

Tu ne fais pas de caprices, tu ne te roules pas par terre, tu ne crises pas, tu ne hurles pas, éventuellement tu râles, tu chouines et tu fais tes petites manigances pour arriver à ce  que tu veux. C’est vrai que lorsque tu as quelque chose en tête, on ne peut pas te le retirer (et tu me fais vaguement penser à quelqu’un en écrivant ça) tu y arrives toujours, tu va au bout de ton idée, jusqu’à ce que nous parents, t’arrête dans ton délire, dans tes bêtises que tu ne considères pas comme telles.

Et puis certains mots sont venus briser ce regard qu’on a vers toi, celui un peu mystérieux, ce regard qui fait qu’on ne te voit pas comme les personnes de l’extérieur, ce regard qu’ont les parents :  » Elle a un comportement qui n’est pas adapté à un enfant de son âge ». Celle là avait un peu piqué. Et puis le : « il se peut que… Faudra la surveiller ». Celle-là a presque fini d’achever ce regard « magique ».

Alors tu vois avec ton père (comme tu aimes l’appeler), on se renseigne, parce que bon on est pas super d’accord avec lémokifach. Au début, on a préféré ne pas y penser, et puis lémokifach sont revenus plusieurs fois à nos oreilles, alors on a commencé à y penser plus sérieusement. On s’est fait la réflexion à ta façon de réagir, à ta façon d’être, de nous parler, alors  on a appris à les connaitre, à les découvrir, à les assimiler.

IMG_20160701_080723Extrait du livre les tribulations d’un petit zèbre D’Alexandra Reynaud (Edition Eyrolles).

On a du mal à te voir dans les traits qu’on peut donner aux « zèbres », aux « hauts potentiels », peut être parce qu’on préfère se dire qu’il n’y a rien, que tu es « normal », peut être parce qu’on préfère te préserver des entretiens psychologiques. Et pourtant, on y pense, en Novembre tu vas avoir 4 ans, et je me dis que ça serait le bon moment pour le faire. On serait fixer, on saurait, mais est ce vraiment utile de te « faire subir ça » pour se rassurer ? Serais-tu, toi, rassurer ? De savoir qui tu es ? Est ce que TOI, tu te poses des questions sur ta façon d’être ?

Alors parfois j’ouvre les livres sur le sujet, j’acquiesce bien sur, je valide même parfois, en me disant « ah oui c’est elle » et je passe souvent très vite à un « oui mais c’est normal », il se pourrait même que tu ressembles traits pour traits à un type de « Haut potentiel », mais voilà on hésite, on ne sait sur quel pied danser comme avec toi un peu. On essaye de te comprendre, de s’adapter à toi et ton comportement divergent.

Je pourrais passer mon temps à t’analyser, à te checker, à dire pleins de mokifach mais je m’abstiens tant qu’il n’y a aucune certitudes. Et je reste sur le positif.

Tu vois je suis un peu comme toi, j’aime les histoires mais je préfère largement quand c’est toi qui les inventes, qui les construits, qui les imagines. J’aime quand c’est toi qui joues avec les mots, les sons, les lettres. Quand tu décryptes les livres, quand tu fais des mots qui n’existent pas, quand tu prends le bout d’un pour le rajouter à un autre, parce qu’ils ont l’air plus drôle comme ça. Tu vois, si je joue à ton jeu, tu pourrais être un « Zètiels » ou un « Zécoce » c’est presque joli.

Au final, les histoires, je les aime deux fois plus quand ce n’est pas toi le personnage principal.

IMG_20160526_181558 Couverture du livre « j’aide mon enfant précoce » des Editions Eyrolles.

Rendez-vous sur Hellocoton ! 2 commentaires

Mon séisme

IMG_20160408_090603

« Tu fus comme un séisme, qui rase tout. »

3 ans 5 mois 1 jour que tu as chamboulé nos vies, que tu nous as secoué en tant que personnes, que tu t’es dis que notre foyer serait le tien pour les années à venir.

Toi, si petite et pourtant si grande dans tes réflexions.
Toi qui chaque jour nous fais réfléchir à tout ce qui touche la vie, simplement.

Toi et tes explications qui peuvent durer 1 heure.
Encore ce matin tu es partie dans une histoire de requin attaché à un arbre. J’ai eu du mal à suivre mais j’ai écouté avec grande attention tes mots qui glissaient comme tu les avais imaginé dans ta tête, et tes gestes qui suivaient ton imagination débordante.

Ne jamais louper une miette, de ce que tu dis, de ce que tu fais, te regarder chaque minute.
Prendre en compte tes besoins, tes envies, t’écouter parler encore et encore.
Voir les choses différemment, profiter de chaque seconde, te voir vivre, te voir sourire à la vie.

Toi et tes histoires, Toi et ton rôle de petite fille, toi et tellement de choses.

Toi, Toi, et encore Toi.

Du haut de tes 3 ans, tu m’as réconcilié avec mes yeux d’enfants, avec mon rôle de maman, avec la simplicité, avec les sourires, avec la joie de vivre, avec le bonheur, avec la vie.

Tu es devenue mon fil rouge.

Tu as le sourire de tes 3 ans,

Tu as les blagues d’une gamine,

Et la sagesse d’une tellement grande.

Toi, si grande et pourtant encore si petite.

Rendez-vous sur Hellocoton ! 2 commentaires