Aller le contenu

E-crire au féminin : Le marché

J’ai décidé comme l’année dernière de participer au concours d’écriture écrire au féminin. Il s’agit d’écrire un texte sur un des 4 thèmes présentés. Cette année il y avait : tout a commencé sur Snapchat, Voilà un an que j’ai semé cette grain, rien ne sera plus jamais comme avant et celui que j’ai choisi c’était la photo parfaite.  Une des règles du concours c’est de ne pas dépasser les 3000 signes, malheureusement ma nouvelle de base en faisait plus de 5000, c’est pour cela que j’ai décidé de la publier ici, histoire de vous montrer ce qu’elle donne en intégralité.
Bien sur si vous le souhaitez vous pouvez aller voir sa version concours sur le site .Et même cliquer sur J’aime si vous l’aimez (promis ce n’est pas obligatoire).
Je vous laisse donc avec mon texte original Bonne lecture à vous :

-« Vous vous souvenez de cette photo ? »

– « oui Bien sûr »

En même temps qui ne se souvenait pas de cette photo ? Lui, peut-être ? Eux, sûrement ? Moi je m’en souviens.

-« Vous aviez quel âge dessus ? »

-« Je ne sais pas je dirais 6, peut-être 7 ans »

Oui c’est ça 7 ans, l’année où tout a commencé, la première année, celle où les souvenirs sont vacillants où on ne sait plus très bien ce qui s’est passé, cette longue année qui en a fait suivre des dizaines d’autres.

« Maintenant, respirez, et dites-moi ce dont vous vous souvenez ? »

-« Je me souviens des pleurs, et de la peur aussi. Je crois que j’avais mal au ventre, j’avais tellement mal… Je me souviens.. Je »

-« Doucement, respirez calmement. Reprenons au tout début, il faisait quel temps ce jour-là ? »

Il faisait beau ce jour-là, il faisait même très chaud. Il y avait un grand soleil, c’était un de ces jours où il faisait bon dans le sud, où on passait notre journée allongée au bord de la piscine, à rire, à créer de bons souvenirs. C’était le matin, le soleil ne tapait pas encore trop, mais on savait que ça n’allait pas durer. Maman avait sorti la crème solaire et les chapeaux, on se préparait pour partir sur le marché, il fallait trouver quelque chose à manger pour le midi, papa avait envie d’un Barbecue avec une salade d’été, maman pensait plus à un bon melon avec un peu de charcuterie, les deux m’allaient très bien.

Maman cherchait désespérément son panier alors que papa était déjà dans la voiture, prêt à partir, il nous attendait.

-« Partez sans nous, je gère Sophie, ne vous inquiétez pas, vous irez plus vite, et puis ça sera long pour elle, elle va s’ennuyer. »

Maman a acquiescé, c’est vrai que ce genre de sortie c’était long pour Sophie, mais bon ça l’embêtait de la laisser toute seule avec son frère, elle est vite ingérable, et puis ça serait la première fois qu’elle les laisse seuls tous les deux. Elle se retourna vers Papa pour voir ce qu’il pensait de cette idée. Il a haussé ses épaules comme à son habitude. Il était plutôt content de pouvoir faire une sortie à deux, sans les enfants, maintenant qu’ils sont grands, il se dit qu’ils peuvent se gérer tous les deux.

Maman sourit, pourquoi pas les laisser seuls, et puis si ça se passe bien, ils pourront recommencer et profiter à nouveau d’un moment à deux. Elle retrouva son panier posé en évidence sur la table du salon et fila vite vers la voiture.

-« Soyez sages, on revient vite. Sophie ne fait pas de bêtises, c’est ton frère qui te garde. »

La porte se referma pour laisser place à la pénombre, les volets étaient presque tous fermés pour garder un peu de fraicheur.

-« Viens on va jouer dans la chambre de papa et maman»

J’étais contente pour une fois, il voulait jouer avec moi. J‘aurais cru qu’il allait me laisser devant la télé pour qu’il puisse aller s’amuser avec ses amis. Lui qui aspirait à un peu de tranquillité sans moi, pour une fois, il me réclamait.

-« N’allume pas la lumière Sophie, rejoins moi on va jouer à cache-cache sous la couette »

Il était en sous vêtement sur le lit, il devait avoir trop chaud, pas étonnant de cette chaleur sous une couette. Il était bizarre, pour une fois il ne disait rien, il a commencé par me toucher le ventre, comme si il cherchait quelque chose, j’ai cru qu’il voulait qu’on se chamaille sauf que cette fois-ci il me faisait mal. J’ai senti ses mains descendre plus bas, j’ai commencé à me mettre à pleurer, je ne comprenais pas pourquoi il faisait ça et surtout ce qu’il me voulait, j’avais juste envie de jouer, qu’on rigole ensemble. Dans ce lit au milieu de cette chambre, il n’y avait rien de drôle dans ce qu’il se passait, ses gestes et sa manière de faire me faisaient peur, j’avais l’impression d’avoir en face de moi une autre personne. Plus il continuait, plus je pleurais, je n’avais qu’une envie c’est qu’il s’arrête.

-« Chut tais-toi, arrête de faire du bruit, tu m’embêtes.»

Se taire, ne plus bouger, c’était le mieux à faire alors je me suis arrêtée et j’ai attendu que ça passe. Ça piquait, ça brûlait, alors j’ai essayé de m’imaginer Maman et Papa sur le marché en train de flâner sur les étals, entre le saucisson et les légumes. J’ai vu leurs sourires, ils se rappelaient de bons souvenirs, ils rigolaient, Maman était rayonnante, Papa était content de pouvoir se promener sans s’inquiéter.

J’espère qu’ils me prendront des abricots, et qu’ils penseront aux sablés de la dame au chapeau. Ils sont si bons, aux pépites de chocolat, j’aime bien cette dame, elle est si douce, et si gentille, elle nous offre toujours  un chocolat, même si maman et papa ne prennent rien chez elle.

L’horloge de la cuisine sonna onze heures.

-« Tu ne diras rien à Maman et papa, on est d’accord ? »

Acquiesçant un oui de la tête, je retournais dans le salon pour m’asseoir sur le canapé. Maman et Papa étaient en train de revenir du marché. On entendait la voiture qui passait la porte de la cour, les graviers glissaient sous les pneus. Maman était radieuse, un large sourire aux lèvres, Papa en profita pour se glisser discrètement vers la terrasse. Ils ont dû passer un bon moment, Maman chantonnait.

-« Alors Sophie tu as été sage ? »

-« Oui maman ».

La réponse la satisfaisant, je fila voir Papa qui profitait encore un peu du soleil sous le pommier.

-« Je peux m’assoir sur tes jambes papa ? »

-« Bien sur Sophie, ça a été avec ton frère ? »

-« Oui papa, j’avais hâte que vous reveniez »

-« Moi aussi Sophie »

On profita à deux, du calme de cette maison dans les montagnes, l’un regardant les nuages, l’autre profitant d’un peu de réconfort.

Un craquement derrière, nous sortit de cette bulle de silence, je vis maman, l’appareil photo dans les mains, prête à dégainer, toujours les yeux pétillant de bonheur.

-« Allez Sophie, fais-moi un sourire, ça fera un beau souvenir » 

Comme c’est la première fois que je publie un de mes textes ici, j’aurai bien aimé votre avis (sans obligation toujours), j’accepte toutes critiques constructives (promiiiiiis bon en vrai ça m’angoisse d’écrire ça mais j’aimerai tellement avoir des avis extérieurs), en espérant que cela vous ait plu.

c-etait-la-photo-parfaite-975389_w1020h450c1

source

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 Comments

    • Merci madame <3 ! Vraiment <3 Je n'ai pas les mots pour te remercier de ton soutien tellement ça me fait chaud au coeur !

  1. adeline adeline

    Tu as su m’emporter au fil de l’écriture, c’est donc un pari réussi.
    Poignant.

    • Merci beaucoup ! C’est un beau pari pour moi 🙂

  2. Je préfère nettement la version longue (mais j’ai cliqué quand même sur la version courte ) … Les détails descriptifs créent cette ambiance qui entraîne le lecteur dans l’intrigue. Il y a sans doute des choses perfectibles dans certaines tournures de phrases mais tu as un don indéniable pour emporter le lecteur dans ton monde et le captiver! Merci du partage!

    • Merci à toi pour cette critique objective, je note en tout cas et je valide les tournures parfois bof 😉 !

      • En même temps, les tournures de phrase ça peut se travailler alors que l’imagination tu l’as ou tu l’as pas… Donc tu as l’essentiel! Et puis, pour le style, j’ai tendance à comparer avec des auteurs connus et reconnus, alors forcément il y a toujours à améliorer en face des grands noms de la littérature! En tous cas, j’espère lire bientôt d’autres textes de ta plume, ça donne envie de te découvrir un peu plus : jeune maman, sportive et en plus douée pour l’écriture, bravo!

        • C’est ce que je me dis, je n’ai jamais fais de cours d’écriture ni autres donc ça peut jouer. J’ai le même soucis je compare souvent ce que je fais à d’autres et je trouve souvent ça naze pour ça que je ne publie que très rarement mes écrits. merci beaucoup ^^

          • Ben moi j’ai le style je crois (j’ai toujours aimé ça et j’ai beaucoup de choses à rédiger dans mon travail, ça fait un entraînement quotidien, ça joue c’est sûr…) mais je suis incapable de bâtir une intrigue , pas assez d’imagination pour ça, c’est scolaire, plat, sans relief… Je crois que je pourrais écrire un essai ou éventuellement mes mémoires !!! mais jamais une nouvelle ou un roman… Tant pis!

          • ça se développe je pense l’imagination, c’est comme une sorte d’arbre avec plusieurs branches 🙂

          • En fait, j’ai de l’imagination pour plein de choses, mais pour trouver une intrigue, ça bloque… Peut être plus tard, qui sait… Mais en attendant, je me fais plaisir en lisant ce qui sort de l’imagination des autres, alors hâte de te lire de nouveau!

          • Merciii j’espère trouver le temps pour continuer cette histoire 🙂

Répondre à Biboumam Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :